Retour sur mon bel Aubrac enneigé

Peu importe les saisons, le temps qu’il fait, Aubrac n’est jamais le même plateau. Il change sans cesse, sans toutefois se perdre, mais une chose ne varie pas : ce plateau est un oasis de calme, et qui me fait un bien fou. Qu’il fasse tempête de vent, de neige, ou douce brise sur les burons, reigne toujours en ces lieux une sérénité et une douceur que je n’ai trouvé nul par ailleurs, pas même dans mes chères Alpes.

Nous avons eu de la chance de venir l’autre week-end entre Aveyron-Cantal-Lozère et d’être pris dans le mauvais temps et la neige. Elle me manquait tant ! Je l’avais pourtant vue dans les Pyrénées et à la télé, mais sur Aubrac, elle est différente. 

photo 1-2

Très (très) peu de monde croisé sur ces deux jours, et c’est tant mieux. Ces terres recouvertes d’un doux manteau blanc me donnent envie de me trouver dans un chalet, avec une véranda et de regarder les flocons tomber sur l’Aubrac.

Dommage, je n’ai pas de chalet. Et lundi, j’ai du reprendre le chemin du travail, bien loin de là, à Bordeaux.

photo 1-3

Mon rêve : vivre ici. Bien loin de toute l’agitation de la ville, de la pluie fine et grise qui ne se transforme jamais en neige. Je troquerais ma voiture citadine pour un 4X4 qui ne craint pas la neige, enfourcherais mon VTT, irais cueillir des narcisses, des gentianes, des myrtilles et parcourir les kilomètres d’étendues à perte de vue. En une journée, je pourrais regarder les saisons défiler, car ici, on peut voir le ciel changer tant de fois en quelques heures, mais toujours offrir un superbe spectacle avec sons et lumières.

photo 4-3

J’irais au village d’Aubrac, regarder les touristes se presser « Chez Germaine » pour manger ses tartes et retournerais au Lac des Moines voir encore un magnifique coucher de soleil rose et or.

photo 2-2

De loins le village d’Aubrac fait presque fantomatique, en cette journée froide, neigeuse et pourtant si belle. Comme nous n’avons pas de 4X4, et que Poupidou n’arrive pas à mettre ses nouvelles chaines à la voiture, beh on a du faire demi-tour et renoncer à aller du côté de Nasbinals. De toute façon le Col de Bonnecome est fermé.

photo 5

Heureusement qu’un bon aligot nous avait réchauffé le coeur, le jour précédent, à déguster à l’Auberge de la Tourre. Un régal, un lieu charmant et un personnel divin. De la chaleur dans le coeur, voilà ce qu’ils ont sur l’Aubrac, pour compenser avec le climat rigoureux ^^

photo 3-2

photo 4-2

About the author