Trop bien se laver les dents est nocif

Il y a peu de temps je suis allée chez mon dentiste. J’y suis allée car la fin de l’année approchait et je n’y étais pas allée depuis 6 mois. Visite de routine donc, pour détecter en avance d’éventuelles carries ou joyeuses choses dans le genre.

La dernière fois que j’avais fais l’impasse sur la visite du dentiste je m’étais retrouvée à devoir faire une couronne sur une dent qu’on avait détecté trop tard avec une énorme carrie. Alors maintenant je fais attention et ne loupe plus ces visites bi-annuelles. Pour le moment, ça va, rien de mauvais à l’horizon ! pas besoins de faire de soins dentaires particuliers, ouf !

Je respire mieux après cette bonne nouvelle. Donc du coup, j’ai envie de me lever du siège incliné et de partir si tout va bien comme il le dit. Mais non, il continue à trifouiller dans ma bouche le dentiste. Mais que fait il je me demande, si tout est ok?

Il fait « hum hum » et puis me dit « Vous vous les lavez combien de fois par jours vos dents? ». Je réponds fièrement 3 fois, le matin, le midi et le soir. Après le gouter je n’y pense pas.

« Et vous le faites méticuleusement, n’est-ce pas? » me demande t’il encore. « Oh que oui ! j’y fais très attention » je réponds fièrement encore.

« Et bien il va falloir arrêter » il me répond. « Hein, quoi? » je dis. Et là il m’explique que souvent il demande aux gens de mieux se laver les dents, plus longtemps et plus méticuleusement. Mais que pour moi c’est l’inverse… je me les lave trop et trop longtemps. Cela commence à détériorer l’émail de mes dents et à terme cela pourrait être un véritable soucis pour elles, les rendre plus sensibles, moins fortes.

Oulala je me dis….purée ! rien que ça ! Je me vois déjà avec des dents toutes moches, comme certains people français qu’on voit dans Closer ou je ne sais pas quel magazine. Avec des chicots qui partent en vrille….

Cela a été un véritable déclic pour moi. Depuis cette visite je ne me lave plus les dents que le matin et le soir, et beaucoup moins longtemps. Je ne savais pas moi que ça pouvait être mauvais de trop bien prendre soins d’elles… et pourtant si.

About the author