Pilule de 3ème génération : arrêter ou continuer ?

La pilule de 3 ème génération, vous l’avez compris, c’est le sujet de ce post.

Depuis que j’ai 18 ans, je prends une pilule contraceptive. Je n’ai d’abord pas commencé par une de 3ème génération, mais par une normale, basique. Mais celle ci me faisait vomir chaque matin, et me donnait mal au coeur, alors me gynéco m’a donné une pilule micro-dosée : une pillule de troisième génération donc.

Portant le joli nom de Mélodia, je la prend depuis et n’ai (je pense) pas eu de soucis avec elle depuis notre rencontre.

Je la prend chaque soir, à heure fixe (durant plusieurs années je mettais même mon alarme pour la prendre à 19h pile et ne pas oublier) et puis c’est tout.

pillule-melodia-3ème-troisième-génération

Bon en fait, non, ce n’est pas tout. Le soucis, c’est que depuis plusieurs semaines, ma chère pilule contraceptive, je la vois partout à la télé : au JT de 13h, de 20h, sur M6 dans des reportages, dans des magasines féminins et puis sur internet.

Vous avez du entendre parler de cette jeune Bordelaise de 25 ans, qui prenait depuis 4 mois la pilule Méliane et qui a fait un AVC qui l’a plongé dans le coma et qui aujourd’hui est lourdement handicapée.

De nouvelles plaintes ont été déposées depuis cette histoire, par des femmes ayant eu des problèmes de santé liés (apparemment) à la prise de ces pilules de 3ème génération (il n’y a pas que Méliane, mais aussi Jasmine, Jasminelle, Mélodia et bien d’autres).

Aujourd’hui, on sait qu’on se dirige droit vers la fin du remboursement de toutes les pilules contraceptives de 3ème et 4ème génération. Bon, alors pour moi, je vous avoue que ça ne change rien : Mélodia n’est pas remboursée ^^

Une ligne téléphonique SOS a même été mise en ligne ce mercredi, pour répondre aux questions des femmes sur ces pilules : 08 10 57 54 00

Beh, moi, de voir ça, je dois dire que ça m’a fait flipper et puis pas qu’un peu j’vous dirais ! J’ai même pris rendez vous chez ma gynéco pour en parler avec elle.

Les alternatives à la pilule sont peu nombreuses et ne m’ont pas pour le moment séduit : le préservatif, ou, se retirer avant, ou, le patch contraceptif (à coller pour 3 semaines et à ne pas coller la dernière semaine pour provoquer les règles), ou, l’implant (bâtonnet en plastique qui se met sous la peau, yeark!), ou, l’anneau vaginal, le stérilet ou le spermicide. Que de jolis noms (nan j’déconne) 😉 mais pas vraiment un qui soit adapté pour moi, je pense.

La simplicité de la prise de pilule a quand même de gros avantages.

Pour moi, la meilleure solution n’existe pas encore donc. Mais si je rêve un peu, je vois comme une sorte de bouton sur lequel j’appuierai, comme un interrupteur, et qui déclencherai en moi une sorte de réaction naturelle qui produirai un bouclier anti spermatozoïdes, anti MST aussi pourquoi pas, après tout on peut rêver non?!

Bref, pas vraiment de solution… ni de solution alternative qui convienne. Et donc je vais continuer de la prendre, en croisant les doigts… 

About the author