Le générique c’est automatique en pharmacie, si, si…

Je reviens de la pharmacie, encore une fois j’ai eu besoin d’aller acheter un truc. Cette fois c’était pour une eau thermale pour me pshitter le visage après le démaquillage, mais ça je vous en parlerais une autre fois. Mais comme j’avais une ordonnance pour récupérer un médicament, j’en ai profité pour la donner à la pharmacienne.

Qui est revenue quelques minutes après, avec les deux boites de produits correspondants.

Moi, je ne fais pas gaffe, je regarde à gauche les nouveau vernis Mavala (ou Malava ?), puis la nouvelle huile sèche de Caudalie, tiens je me dis si je l’essayais sur mon poignet pour sentir l’odeur ?

pharmacie-médicament-générique-imposé

Puis là, la pharmacienne me sort de mes pensées en me tendant ma carte vitale et en me disant:

– « C’est bon vous ne devez rien, merci et une bonne journée. » – ton neutre de robot.

Euh, je regarde les deux boites qu’elle est en train de me tendre, et je tique. Non, ce ne sont pas ces produits là que j’ai d’habitude, non non, j’en suis certaine. Chose que je lui fais remarquer.

Sa réponse: « Je vous ai mis les génériques, c’est pour ça. »

Ah bon, mais elle n’aurait pas pu me demander à moi avant de décider seule, et de ne pas m’informer de cette décision de mettre des génériques tout pourris à la place de mes vrais médicaments ?! Non mais !

Car ces médicaments sont très importants, ils ne sont pas à remplacer par des génériques (moins efficaces et pas tout à fait composés de la même manière), ils sont pour mon allergie et je ne tiens tout simplement pas à avoir le second choix, voilà tout.

« – Mais vous n’avez pas les normaux ? les vrais je veux dire? » – je demande

« – Euh, si peut être. Vous les voulez ? » – ton hésitant et embêté

« – Beh, oui. Car je ne veux pas ceux là. »

« – Oui mais j’ai tout préparé… j’ai sorti les boites. » – ton de tu me fais chi***

« – Désolée, mais je ne les veux vraiment pas, je veux les originaux. Vous ne m’avez même pas demandé. »

« – Oui mais ce sont les mêmes ceux là vous savez ! » – ton agacé

« – Ce n’est pas ce qu’on dit. » et toc (oui je me bat avec les pharmaciennes, je fais ce que je peux…)

—-elle me regarde d’un oeuf de boeuf (doit pas avoir l’habitude qu’on lui réponde par la négative)—-

« – Vous ne voulez pas me les donner ? »

« – ROHH mais si ! j’y vais, je sais pas si je les ai.. ». – dit la gentille et courtoise pharmacienne en partant en pétaradant derrière avec son visage tout pas content.

2 minutes après, je ressortais de la pharmacie en me disant que: –

1/ Je ne reviendrais plus jamais dans celle ci

2/ Que cette personne était une grosse c**** (c’est asser vulgaire alors je cache le pas beau mot…)

3/ Que c’était abusé de ne même pas avoir demandé si ça m’allait.

Alors peut importe pour elle que ça ne vous convienne pas, elle vous file le générique et puis si tu l’as pas vu, tant mieux, hop ni vu ni connu, je te le refile. Mais bien sur il va de soi que ce n’est pas 100% des pharmaciennes qui le font, mais un certain pourcentage quand même. Je vais souvent à la pharmacie (car je suis souvent malade…), rarement à la même car je bouge beaucoup et cette expérience de me faire refiler des génériques m’est arrivée plus d’une fois.

Certes, les génériques de beaucoup de produits sont en tout points similaires aux médicaments normaux, sauf certains. Et moi je sais que les miens en génériques et en formule normale ne sont pas aussi efficaces (je me suis renseignée là dessus auprès de spécialistes).

Alors non, je ne suis pas une chieuse, non je n’ai rien contre les vendeuses en ophicines (et encore moins contre certaines qui sont lentes, pas souriantes, pas aimables et qui font la tronche lorsqu’on leur demande le vrai produit qu’il y a marqué sur l’ordonnance, cf : dans ma pharmacie j’ai plusieurs cas comme ça) mais je suis contre le fait de me soigner au rabais.

Au moins, elles pourraient demander, pas imposer.

About the author